Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2007

Ce lundi 3 septembre sera sûrement un « lundi noir » pour les consommateurs. Pourquoi ? Tout simplement car la fusion entre le groupe public GDF et l’entreprise privé Suez sera annoncée !

Faisons à ce propos un petit peu d’histoire. Le gouvernement RAFFARIN avait procédé à l’ouverture du capital de GDF afin de financer son développement et ses nouveaux investissement, les élus UDF avaient d’ailleurs approuvé de projet. A cette époque le Ministre de l’Economie et des Finances (Nicolas SARKOZY avait juré devant la représentation nationale que la part de l’Etat français dans le capital de l’entreprise publique ne descendrait jamais en dessous des 70 %.

 

Pour se met sur le devant de la scène, une " soi-disante " OPA hostile de l’entreprise italienne ENEL sur Suez. A ce propos, souvenons nous de la soi-disante OPA hostile aussi sur Danone, qui ne s’est d’ailleurs pas confirmée.

 

Revenons à la fusion GDF-Suez, lors du vote de la privatisation de GDF au Parlement, nécessaire avant toute possibilité de fusion, les élus UDF n’avaient pas approuvé cette fois-ci le projet, car selon nous, il faut qu’un secteur clé comme celui-ci reste dans le giron public de par son aspect stratégique.

 

Pendant la campagne pour l’élection présidentielle, ce sujet a, à mon avis était trop occulté ainsi que pendant la campagne législative. Après la présidentielle, le sujet était ressorti en juillet, puis oublié et là il refait surface depuis une semaine avec le soutien de l’actuel Président de la République qui a redonné son aval à ce projet.

 

Que l’on ne s’y trompe pas, la conséquence pour les consommateurs sera progressivement une hausse notable des tarifs de l’énergie pour cette nouvelle entité qui sera devenue une entreprise privée. En effet, quel sera la volonté première des actionnaires privés ? La recherche de bénéfice et le versement de dividendes, ce qui est compréhensible de leur côté. La notion de service public, disparaîtra petit à petit et que deviendront de fait les tarifs régulés ?

 

Cette fusion n’était pas nécessaire et est même dangereuse, qu’une OPA soit lancée comme une entreprise privée Suez ne me gêne pas. D’ailleurs lorsqu’une entreprise privée (Suez par exemple a lancé des OPA sur certaines entreprises énergétiques européennes, le gouvernement n’a rien trouvé à redire et à parlé de réussite française… Ce qui est valable d’un côté ne le serait pas de l’autre ?

 

Pourquoi se séparer d’une entreprise qui enregistre des résultats et des bénéfices records depuis plusieurs années ? Rappelons à ce propos que les tarifs de GDF ont augmenté de près de 27 % en moins de 3 ans (et ceci avec l’avis favorable du gouvernement qui se prononcent sur les changements de tarifs) ? Quelles seront les hausses lorsque GDF sera une entreprise privée ?

 

Il est dit que l’Etat français gardera avec 34 % du capital une minorité de blocage. Que se passera-t-il en cas d’une augmentation du capital ? Cet engagement est-il aussi solide que celui qui figurait lors du texte de l’ouverture du capital de GDF qui précisait que la part de l’Etat ne descendrait jamais en dessous des 70 %. On constate ce qu’il en est seulement trois ans plus tard.

 

Alors oui, ce lundi 3 septembre sera malheureusement bien un " lundi soir " pour les consommateurs !