Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2006

L'UDF appelle à un changement de Consitution et d'institutions

François Bayrou, président de l'UDF, a évoqué mercredi les "orages",
comme la crise du CPE, qui frappent périodiquement la société française,
en estimant qu'il faut "changer de Constitution, changer nos institutions".
"Crise après crise -- contrat nouvelles embauches, crise des banlieues,
non au référendum sur la Constitution européenne --- : c'est le même
orage dans la société française", a déclaré M. Bayrou, interrogé sur
France 2.


Selon lui, l'origine en est que "ceux qui gouvernent n'écoutent pas le
pays parce qu'on leur a donné des pouvoirs qui sont au delà des pouvoirs
de tous les autres sociétés démocratiques dans le monde". Or, a-t-il
poursuivi,"ces pouvoirs, au lieu de leur rendre service, les desservent
et les enferment dans une tour d'ivoire". Or, "il y a une une règle
(...) : avant de décider on discute avec les principaux intéressés (...)
parce qu'ils savent sur la vie plus de choses que les gens qui sont
enfermés dans les palais nationaux". "Il faut changer de constitution,
changer nos institutions", a conclu le président de l'UDF.
François Bayrou a également estimé mercredi que l'éventualité d'une
candidature de Ségolène Royal à l'élection présidentielle résultait
surtout "d'une contestation de l'appareil du PS" par l'opinion publique.
Interrogé sur France 2 sur les propos tenus mardi soir par Mme Royal,
selon lesquels elle serait "probablement" candidate à l'élection
présidentielle de 2007 si les sondages continuaient à lui être
favorables, M. Bayrou a déclaré: "ce qui est frappant dans le cas de
Ségolène Royal, c'est une contestation de l'appareil du PS, une manière
pour l'opinion de montrer que l'appareil et les idées du PS ne lui
plaisent pas".
"Pour autant, quelles sont les idées de Ségolène Royal, cela moi, je ne
sais pas", a ajouté M. Bayrou.
(Source AFP 12.04.2006)