Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2005

"Grimonprez Jooris a vécu"


Aujourd’hui avec le verdict du Conseil d’Etat qui a confirmé l’annulation du permis de construire pour l’extension du stade Grimonprez Jooris je suis avant tout nostalgique.

En effet , c’est dans ce stade qui a été le lieu de nombreux d’exploits de mon club de football préféré, que j’ai assisté il y plus de 25 ans à mon premier match de foot comme l’on dit et cela ne s’oublie pas ; C’était un match de Coupe de France et un de mes cousins m’avait invité à y assister. Une condition pour que me sparents accepte que j’y aille. Ce fut, pour moi, même si ce match ne fut pas d’une qualité exceptionnelle un grand moment d’émotion. Le LOSC l’a emporté sur BASTIA et a pu ainsi poursuivre sa course dans cette compétition. J’étais dans la tribune des secondes et au dernier rang, celui qui donnait une vision plongeante sur le terrain. Ce souvenir d’avoir assisté à mon premier match dans ce stade doit être partagé aujourd’hui par de nombreux supporters lillois ainsi que la tristesse de savoir que cette enceinte n’accueillera plus jamais notre équipe.

Mais revenons sur ce projet de « grand stade », j’étais je l’avoue favorable à « Grimonprez Jooris II » à son origine. Pourquoi, il convient tout d’abord de se remettre dans le contexte de l’époque. L’équipe du LOSC n’obtenait pas les résultats qu’elle obtient actuellement et les investisseurs privés étaient plutôt absents. Une première extension, sous la forme d’un agrandissement de la tribune des secondes s’était réalisé sans aucun problème et sans aucune véritable protestation.

Le choix à cette époque était donc le suivant : soit agrandir (passage à environ 33 000 spectateurs) l’actuel stade Grimonprez Jooris avec un coût d’environ 40 millions d’euros soit réaliser un nouveau stade pour un montant budgétaire de 90 à 100 000 millions d’euros. Comme je l’ai précisé plus haut, à cette époque, par de partenariat avec le privé en vue, car les investisseurs étaient aux abonnés absents. Le coût de cette extension était donc supporté par la Communauté Urbaine et donc par les habitants de celle-ci par l’intermédiaire notamment de leurs impôts locaux. Alors oui, aujourd’hui, je reconnais qu’à cette époque l’extension de Grimonprez Jooris qui aurait dû prévoir un développement des transports alternatifs aux voitures et une forte amélioration des conditions d’accessibilité était le plus pertinent. Mais c’était il y a plusieurs années et depuis le projet s’est enlisé pour ne pas en dire plus.

Maintenant, celui-ci semblait « enterré » depuis le dernier jugement et l’avis du Commissaire du Gouvernement demandant l’annulation du permis de construire. D’ailleurs la création d’une commission pour le classement de plusieurs sites alternatifs et ceci avant la décision du Conseil d’Etat, nous préparait à une telle issue.

Alors oui, aujourd’hui, ce projet est « enterré », mais était-il encore aussi pertinent qu’à son origine, avec le fils des temps bien sûr que non et les récents résultats sportifs du LOSC n’en sont pas pour rien. Les investisseurs privés semblent maintenant beaucoup plus enclins à participer à un partenariat public-privé. Trois sites sont encore en liste, le site de LESQUIN, le site de LEZENNES et celui de LILLE-SUD. A titre personnel, celui de LESQUIN me semble le plus pertinent et le plus ambitieux même si comme chacun des sites retenus il présente des avantages et des inconvénients. Le premier avantage et qu’il afficherait nettement le caractère métropolitain et pas seulement lillois du LOSC, deuxièmement il serait le moteur d’un développement économique de ce site mais il présente un désavantage notable, il semble le plus coûteux car il nécessite de nouvelles infrastructures de transport. La construction d’un tel équipement serait de l’ordre de 150 à 200 millions. Si le club, les forces économiques de la métropole lilloise souhaitent véritablement donner une image à ce club et assurer son développement ce projet est possible ; un tel équipement, ne devrait sans doute pas, comme c’est le cas dans de nombreuses grandes villes européennes n’être dédié au seul usage du football et une utilisation pour l’organisation de spectacle de grande dimension devra être prévu avec des aménagements spécifiques.

Je souhaite, qu'au-delà des polémiques politiques sur ce dossier ce partenariat public-privé ou pourquoi pas un équipement totalement privé se concrétise au cours des années à venir, car notre métropole et surtout notre équipe lilloise mérite de pouvoir disposer d’un stade digne de ce nom sous peine de retomber dans l’anonymat…