Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2005

Lu dans MARIANNE du 12 novembre 2005

L’Edito de MARIANNE de samedi 12 novembre intitulé « Pourquoi nous combattons » et signé par la rédaction définit bien selon moi la philosophie de ce magazine qui se situe en dehors de la « pensée unique ». Je n’en citerai qu’un passage « Ce journal nous l’avons créé en réaction au défaitisme, au deni de république et de démocratie »

En rapport avec l’actualité deux articles sont consacrés à la crise des banlieues. L’un signé Jean-François KAHN « L’embrasement des cités. Les vrais responsables » et l’autre est constitué d’une série de témoignages recueillis par les correspondants locaux de MARIANNE « Vous n’avez encore rien vu ».

Outre ceux-ci, il est possible de découvir une étude sur la gestion depuis un an de l’exécutif de gauche en Bretagne et un article sur le thème « Le capitalisme en mode dépressif ». Le dossier central de cette semaine est consacré aux fausses idées reçues ou affirmations sur de nombreux sujets et intitulé « Economie, social, banlieues, immigration…c’est faux ».

Sans oublier les citations habituelles :

- ‘Plus jeune, on me traitait de racaille » Liliam THURAM, International de Football, L’Equipe, le 9/11/05

- « Le mec qui est bac+5 avec une gueule d’arabe, il est cinq fois plus au chômage. Même s’il est de nationalité française. » Bernard TAPIE, Le Parisien, le 07/11/05

- « Il est impossible qu’avec les moyens de l’époque l’armée japonaise ai réussi à tuer, comme le prétend Pékin, 400 000 civils chinois en 6 semaines. » Shintaro ISHIHARA, gouverneur de Tokyo, à propos de l’orgie de massacres auxquels s’est livrée l’armée nippone à Nankin, en 1937.