Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2007

Sondage sur les intentions de vote dans le Nord-Pas de Calais, bilan du CNE et les résultats financiers d’EDF : mes trois réactions de la semaine.

Si cette semaine, je n’ai pu réagir comme je l’aurais voulu sur l’actualité, je profite de ce week-end pour exprimer mon opinion sur trois thèmes.

 

Le premier est le sondage sur les intentions de vote des habitants de la Région Nord-Pas de Calais pour la future élection présidentielle. Les estimations sont les suivantes : Ségolène ROYAL 30 %, Nicolas SARKOZY 25 %, François BAYROU 18 % et Jean-Marie LEPEN 14 %. Comparez au résultat de l’élection de 2002, François BAYROU qui avait obtenu 5,92 % dans la Région multiplie par trois son score.

 

Cette percée de François BAYROU va dans le sens d’une précédente enquête réalisée dans le Nord Pas de Calais où près des trois-quarts de ses habitants s’exprimaient favorablement sur la proposition d’un gouvernement droite-gauche et à 81% pour le proportionnelle aux élections législatives (deux des propositions de François BAYROU).

 

Elle est aussi sans aucun doute, le résultat du travail des élus UDF au sein des différentes assemblées territoriales où nos élus ont choisi de faire des groupes UDF autonomes et ont mené une action dictée par le seul intérêt de nos concitoyens et non pas par quelque calcul politicien que ce soit.

Les exemples sont nombreux et je ne citerai que nos élus au Conseil Régional qui ont approuvé l’instauration d’un TIPP flottante dont les recettes permettront de développer les transports alternatifs au tout routier. Ou leur abstention qui a permis l’adoption du budget par l’exécutif de gauche avait pris en compte nombre des amendements déposés par le groupe UDF et défendus notamment par sa présidente notre sénatorial nordiste Valérie LETARD. C’est cela le vrai courage politique approuver les positions qu’elles soient de gauche ou de droite seulement si elles sont bénéfiques pour nos concitoyens. Sans oublier bien sûr l’action des conseillers généraux UDF dont le groupe est animé par Dominique HALLYNCK et les élus à la Communauté Urbaine sous la houlette de Nicolas LEBAS.

 

Le second concerne l’étude qui a été réalisé sur un premier bilan du C.N.E. et au bout d’un an les chiffres sont éloquents. Au bout d’une année donc, seulement 50 % des salariés embauchés en C.N.E. sont encore dans l’entreprise qui les a recrutés. Par comparaison pour ceux embauchés en C.D.I. ils sont 68 % a être encore dans l’entreprise au bout d’un an. Le C.N.E. devait favoriser l’embauche, qu’en est-il vraiment ? Seulement 8% des chefs d’entreprise interrogés ayant embauché en C.N.E. en mai 2006 déclarent qu’ils n’auraient pas embauché et 20 % déclarent que le CNE d’anticiper l’embauche ; C’est bien maigre comme résultat. Interrogé sur l’avenir du C.N.E. François BAYROU avait déclaré qu’il n’était pas favorable à son instauration et qu’il en attendait son évaluation. Cette première étude qui sera suivie par d’autres permettra sans aucun doute de " l’enterrer " se sa belle mort en rappelant que l’UDF n’était pas favorable à son instauration et que les députés UDF avaient combattu son petit frère qui avait finalement été retiré le C.P.E.

 

Le troisième concerne l’annonce des résultats de l’entreprise EDF. Son chiffre d’affaires s’établit à 58,93 milliards d’euros soit une progression de 15,4% mais surtout le bénéfice net de 5,6 milliards d’euros qui se caractérise par une hausse de 73,5 % par rapport au bénéfice de 2005 qui s’établissait pourtant déjà à 3,23 milliards d’euros. Rappelons pour mémoire que les tarifs d’EDF ont connu une augmentation, avec le feu vert de l’actuel gouvernement le 15 août dernier, de 1,7 %. Je m’étais exprimé à cette époque pour exprimer mon opposition à une telle hausse des tarifs qui selon moi était injustifiée. Les bénéfices de l’année 2006 me donnent légitimement raison. La recherche du profit deviendrait-elle l’une des préoccupations principales d’EDF, je ne souhaite et je ne l’espère pas. Et c’est pourquoi en faisant un parallèle, il ne faut absolument pas privatiser GDF et fusionner avec Suez car le résultat sera le même. Lors du dernier conseil municipal, l’opposition s’étonnait que certains câbles ne soient pas enfouis dans le centre-ville de notre commune car des travaux importants liés à la mise en place d’une ligne de bus à haut niveau de service s’y déroule actuellement. Olivier HENNO, le Maire de Saint-André a posé la question suivante : est-il normal qu’il revient aux collectivités de participer financièrement à cet enfouissement afin que cela bénéficie avant tout à la société productrice d’énergie. Il a terminé en précisant que selon lui, les coûts devaient entièrement être pris en charge par EDF. Et lorsque l’on regarde les résultats bénéficiaires d’EDF sur lesquels je viens de m’exprimer on ne peut que porter haut cette revendication.

 

Les commentaires sont fermés.