Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2006

2 000 personnes et de nombreux élus disent non à l'A 24

Ce dimanche matin, comme prévu je participais en compagnie notamment d’autres membres de l’UDF dont Gérard CABY de Prémesques (animateur de la commission développement durable) de Xavier LEFEVRE (animateur de la section UDF de Verlinghem) et bien sûr d’Olivier HENNO marie de Saint-André et Conseiller Général à la manifestation anti A 24 organisée par les nombreuses associations opposées à ce projet.

medium_DSCN2961.JPGPrès de 2 000 personnes, de très nombreux élus de diverses tendances sous la houlette d’un Michel PACAUX très en verve ont, dans un climat de fête réaffirmé avec force leur opposition à ce projet qui nous semble déjà dépassé avant même d’être réalisé. Le présence d’élus belges (wallons et flamands) eux aussi défavorable au projet n’a fait que renforcer notre détermination.

Le tout autoroutier n’est pas, ou plus exactement n’est plus la solution d’avenir et il convient de développer les moyens de transport alternatif comme c’est le cas dans d’autres pays européens.

Ce dimanche était journée du patrimoine, n’était-ce pas un beau symbole pour cette journée d’action qui visait justement à préserver notre patrimoine pour les générations futures.

Commentaires

Super cette mobilisation contre l'A24.
Je suis de tout coeur avec cette opposition de l'A24.
Bravo à tous les participants de toutes tendances, cela atteste bien que le dialogue permet un réel partage d'idée.
Que la force soit avec vous, nous.

Écrit par : HERNANDES JF | 18/09/2006

Je regrette qu'une partie des cadres de mon parti tombe dans un piège aussi gros que celui-là. D'autant que le débat n'a jamais été posé, que l'on a découvert la position du président de l'UDF le matin dans un journal. Bref, pour moi l'A 24 reste nécessaire pour des raisons de sécurité routière. Voilà, cela c'est pas du bidon. Pour le reste, je ne reproche pas à quelques élus d'avoir été faire les guignols, les mêmes qui nous ont juré la main sur le coeur que l'autoroute était nécessaire. Ils l'ont réclamée à corps et à cris et à l'approche des élections, ils retournent casaque. C'est ce qui s'appelle avoir des vestes réversibles ! DOmmage.

Écrit par : Denis Vinckier | 18/09/2006

Non Denis,
Ce n'est pas du guignol, cela s'appelle prendre conscience de la gravité et de l'urgence du dérèglement climatique.
Cela s'appelle aussi du respect pour nos amis belges à qui l'on veut forcer la main;
Cela veut dire STOP, comme pour les soi-disants débats publics concernant l'EPR de Flamanville, les OGM et les incinérateurs, STOP à ce simulacre de démocratie qur nos élites françaises veulent imposer. Aucun autre pays démocratique ne fait cela.
Et il n'est pas question de léguer à nos enfants un désert, alors que nous avons l'intelligence et les moyens de faire autrement... tout en créant un autre modèle de développement.
Mais on peut en débattre quand tu veux, Denis.
Gérard

Écrit par : GérardCABY | 18/09/2006

Cher Denis, mes prises de position publiques sont claires sur ce sujet.

L'autoroute A 24 comme tu l'as déclaré sur le net, "cela fait 35 ans que l'on l'attend". Dix ans encore pour la concrétiser, 45 ans c'est donc une histoire du passé.

Les mentalités changent en 45 ans et surtout les attentes de nos concitoyens et ils appartient aussi aux élus locaux de prendre en compte ces changements et surtout de les anticiper.

L'extension du stade Grimonprez Jooris, à laquelle j'étais pourtant favorable pour des raison de pertinence et de coût, ne s'est pas réalisée en raison de la mobilisation des riverains.

La construction de l'A 24 ne se fera pas, j'en suis persuadé maintenant car c'est un projet du passé.

Profitons de cette occasion pour développer les alternatives au tout autoroutier et préserver notre avenir climatique.

Amitiés Denis.

Cordialement
Eric MIELKE

Écrit par : Eric MIELKE | 18/09/2006

Attention aux attitudes passéistes !
Le fait d'évoluer sur certains sujets ne me paraît pas forcément répréhensible. Surtout lorsqu'on se rend compte comme une partie de la population de plus en plus grande qu'il faut revoir nos modes de transport pour les raisons que l'on connaît maintenant.
Quant à l'évocation de l'aspect sécuritaire, il ne me semble pas très à propos de le mettre en avant puisqu'en développant les infrastructures routières on met en péril à plus ou moins long terme notre propre vie, celle des autres et celles de ceux qui ne sont même pas encore en âge de conduire aujourd'hui! Les connaissances évoluent, à notre groupe et nos élus, représentants du peuple, de faire le bon choix. La nostalgie et le campement orgueilleux sur ses positions ne sont pas forcément de bon conseil.
Je ne prône évidement pas l'opportunisme intéressé, mais je pense qu'il faut se satisfaire de certains changements d'opinions en matière de développement durable.

Écrit par : Patrice Marchandise | 19/09/2006

Denis,

je connais une autre personne qui tient comme toi des propos qu'il qualifie lui même de courageux - Christian Vanneste, député de la 10ème circonscription. Il se déclare pour l'A24 car elle va apporter de la prospérité économique. Oui c'est vrai, elle va en apporter mais surtout à Rotterdam. Il est vrai aussi qu'elle va générer des emplois, ... mais surtout pour les chauffeurs russes, lituaniens, bulgares. N'oublions pas non plus les cardiologues, les pneumoloques, le secteur de la santé car il est prouvé que la pollution atmosphérique routière provoque plus de 9.000 morts prématurées en France, combien d'asthmes, d'arrêts de travail.... Un véritable boom pour notre secteur de santé, un bon moyen de creuser le déficit de la sécu.

Christian Vanneste a d'autres positions "courageuses": l'homosexualité qui est une menace pour l'avenir de l'humanité, la rôle "positif" de la colonisation. Tellement téméraires qu'il a quitté l'UMP pour rejoindre le CNI car Christine Bouttin demandait son exclusion de l'UMP. Il a ainsi évité l'exclusion de peu lui qui se disait l'ami de Sarkozy (lorsque celui-ci est venu dans la 10ème il a interdit le député d'être présent de peur d'être pris en photo ensemble) .

Selon moi, le vrai courage c'est reconnaître et assumer ses erreurs. On peut s'être trompé vis à vis de l'A24 il y a 10 ou 15 ans - maintenant que les erreurs du passé ont été mises en évidence, que les chiffres le prouvent pourquoi s'entêter?

J'ai quand même bien aimé lire ton bouquin.

Écrit par : Hervé Dizy | 20/09/2006

Les commentaires sont fermés.